Archive for the ‘Science 2.0’ Category

2013 : From Science 2.0 to Pharma 3.0 (J.-P. Accart)

janvier 21, 2013

Merci à Jean-Philippe Accart pour sa belle « review » de mon ouvrage publié chez Chandos.

Quelques extraits:

« S’il est un domaine où les technologies du Web 2.0 et celles en développement du Web 3.0 ont une influence certaine, c’est le domaine scientifique. Cet ouvrage s’adresse principalement aux personnes impliquées dans ce domaine, c’est-à-dire les universitaires, chercheurs et scientifiques qui, on le sait, sont de gros utilisateurs d’Internet, et les professionnels de l’information. L’auteur principal de l’ouvrage, Hervé Basset, est un professionnel de l’information reconnu qui travaille depuis de nombreuses années dans l’industrie pharmaceutique en France, il est également consultant et auteur de l’excellent blog scienceintelligence.wordpress.com (…)

On l’aura compris, même si cet ouvrage, très complet, bien illustré et fourmillant d’exemples – avec en fin, une bibliographie exhaustive – s’adresse en priorité à un public scientifique, il peut tout à fait être appréhendé et utilisé par d’autres domaines. Le Web 2.0 et le Web sémantique ne sont en effet pas l’apanage d’un seul secteur, mais ils sont infiltrés dans tous les domaines professionnels et bien sûr privés. On ne peut que recommander chaudement la lecture de l’ouvrage d’Hervé Basset pour une meilleure compréhension des enjeux des médias sociaux. »

Lire la review sous:

http://www.jpaccart.ch/publier/analyses-d-ouvrages/2013-from-science-2.0-to-pharma-3.0.html

http://www.amazon.com/Science-2-0-Pharma-3-0-Pharmaceutical/dp/1843347091/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1358801046&sr=1-1&keywords=basset+herve

 

Publicités

Réseaux scientifiques professionnels pour les chercheurs

janvier 14, 2013

Dominique Fournier tente dans cette présentation de faire émerger les sites sociaux indispensables aux chercheurs.
Dans un univers confus où se mélangent les sites purs de réseautage, les services d’aide à la publication et les outils de gestion bibliographiques, la présentatrice met en avant quelques outils à privilégier: ResearchID, BioMedExperts, Mendeley, Zotero, Research Gate…

Fournier, Dominique. Les réseaux scientifiques professionnels pour renforcer l’identité numérique des chercheurs… JIST, 10 décembre 2012, Présentation consultable sous: http://www.agropolis.fr/pdf/ist/jist12/reseaux-scientifiques-DominiqueFournier-141212.pdf

Open Access: une conversion « intéressée » des éditeurs commerciaux

janvier 6, 2013

Le blog de l’INIST reprend une analyse intéressante de Michel Vajou qui s’interroge sur la conversion récente des grands éditeurs scientifiques au modèle Gold de l’Open Access.

Quelques extraits:

« l’évolution sur 2012 des catalogues de revues des grands éditeurs scientifiques illustre une large conversion de ces éditeurs au Gold Open Acess, permettant de créer de nouvelles revues en accès gratuit, lemodèle économique reposant sur des droits de publication (Author Fees) facturés aux auteurs ou à leurs institutions de rattachement. (…)

 Cette conversion rapide des grands éditeurs au Gold OA s’explique par leur volonté de capter les importantes réserves de croissance du modèle économique « Author Pays » et d’absorber une masse d’articles scientifiques en forte progression au plan mondial. Ces créations de revues en libre accès reflètent aussi de nouvelles stratégies compétitives entre ces grands éditeurs pour capter ces réserves de croissance. (…)

D’après Michel Vajou, les raisons de cette conversion sont:

  •  La première motivation est celle de participer à une publication scientifique sans cesse en expansion. Entre 1996 et 2012, le nombre d’articles scientifiques publiés annuellement est, selon les chiffres publiés par Scimago (www.scimagojr.com) passé de 1 134 000 à 2 250 000 , avec une nette accélération depuis 2004, en phase avec la percée des pays émergents (et tout particulièrement la Chine) dans le concert de la publication scientifique. Les éditeurs, pour préserver leur rôle de « médiateur » de la communication scientifique, doivent être capables d’intégrer ce flux croissant
  • il est (relativement) plus facile de créer une revue en Gold OA qu’une revue sur abonnement (à partir du moment où est clairement identifiée une communauté scientifique constituant une réserve de contributeurs potentiels et une audience suffisamment large). Dans le modèle économique de la revue sur abonnement, l’acquisition d’un socle d’abonnés suffisant pour atteindre le seuil de rentabilité est un processus long

 

et l’auteur de conclure: « S’il est difficile de pousser l’analyse plus loin, il semble évident que la création de revues en Gold OA est en passe de devenir l’un des axes essentiels de la compétition entre éditeurs »

Vajou, Michel. publié par Hameau, Thérèse. Les grands éditeurs scientifiques développent rapidement leurs catalogues de revues en Gold « Open Access ». Blog de l’INIST, posté le 19 décembre 2012. http://openaccess.inist.fr/?Les-grands-editeurs-scientifiques

Santé 2.0: les journaux sous-estiment l’Open Access et les Médias sociaux (MyScienceWork)

novembre 28, 2012

Encore un remarquable dossier de Laurence Bianchini qui dans MyScienceWork, prend le temps de revenir sur une étude publiée il y a quelques mois…

« Cet été, Sandy De Groote a publié une étude intitulée Promoting health sciences journal content with Web 2.0: A snapshot in time dans First Monday, la première revue en Open Access surl’Open Access. « J’essayais d’évaluer combien de revues spécialisées en sciences de la santé possédaient un compte sur Twitter ou Facebook. Combien d’entre elles avaient des liens vers des réseaux sociaux sur leur site ? Combien permettaient au lecteur de partager sur les réseaux sociaux et les plateformes de bookmarking ? ». L’étude a été réalisée fin 2011 et réactualisée en mars 2012.

Les résultats ont révélé que sur les 248 revues étudiées (aussi bien des revues traditionnelles que des revues en Open Access), seules 29% possédaient un compte Twitter ; elles étaient encore moins nombreuses (27%) à disposer d’un compte Facebook. Pourtant, la plupart utilisaient les flux RSS (87%). Un résultat plus positif est que 60% des revues permettaient au lecteur de partager les articles sur les réseaux sociaux et via les outils de bookmarking.

Force est de constater que les articles publiés en Open Access sont de plus en plus fréquemment cités dans les billets de blog et les médias d’actualités, au détriment des articles publiés selon les moyens traditionnels. À l’heure actuelle, les citations de PLOS ONE sont particulièrement fréquentes. L’Open Access implique une diffusion plus large. Imaginez donc l’impact que pourrait avoir l’exploitation simultanée de l’Open Access et des médias sociaux ! (…)

Il est frappant de constater que 40% des revues traditionnelles possédant un compte Twitter n’ont pas affiché de lien vers leur compte sur la page d’accueil de leur site web. Cela pourrait signifier que certains éditeurs ne comprennent pas toujours la manière dont les médias sociaux devraient être utilisés et les avantages qu’ils pourraient en tirer, à moins que cela ne soit dû au fait qu’ils craignent de véhiculer une image moins sérieuse en montrant qu’ils utilisent les médias sociaux.

Lire le dossier :

Bianchini, Laurence. Vers les sciences de la santé 2.0? MyScienceWork, En ligne, 12 novembre 2012. http://blog.mysciencework.com/2012/11/12/vers-les-sciences-de-la-sante-2-0.html

 

 

 

 

 

 

 

Open innovation: innovation ouverte pour les Big Pharma

octobre 16, 2012

AstraZeneca vient de lancer un blog ouvert à l’ensemble de la communauté scientifique comprenant des articles et commentaires en relation avec ses partenariats scientifiques.

Ces articles pourront aborder des sujets d’actualité mais aussi des thèmes de recherche fondamentale, de médecine prédictive ou encore de technologie appliquée à la R&D.
Les articles seront rédigés par des scientifiques et les équipes de R&D d’AstraZeneca.

Les personnes qui souhaitent réagir à ces articles pourront le faire en s’enregistrant sur le site www.labtalk.astrazeneca.com

Veille scientifique 2.0 (BASES, Septembre 2012)

octobre 11, 2012

Dans le dernier numéro de BASES, Carole Tisserand fait un point sur les ressources du Web 2.0 pour la veille scientifique.

Au sommaire de cette étude:

– Twitter

– Les réseaux sociaux professionnels (Viadeo, LinkedIn)

– Les plateformes de blogs scientifiques

– Les réseaux sociaux scientifiques

– Bookmarking social (CiteULike) et outil de gestion bibliographique (Mendeley)

à lire dans:

Tisserand-Barthole, Carole. Veille et recherche scientifique 2.0: au-delà des ressources classiques. BASES, N°296, Septembre 2012.

PIPA, SOPA et RWA! De l’enjeu de la propriété intellectuelle pour la communication scientifique

janvier 23, 2012

Un très bon aperçu par l’Agence Science Press (Quebec) des enjeux qui se cachent derrière les différentes batailles du net de cette semaine autour de la propriété intellectuelle et de la « piraterie »…

« Pendant qu’une partie d’Internet virait au noir mercredi, en protestation contre deux projets de loi déposés à Washington, un troisième projet de loi passait inaperçu. Les éditeurs scientifiques ont eux aussi lancé une contre-attaque. (…) Son nom: leResearch Works Act (RWA). S’il était adopté par les élus de Washington, il aurait des répercussions jusque de l’autre côté de l’Atlantique.

On y lit qu’aucune agence fédérale (comme le NIH) ne pourrait adopter une politique qui…

…cause, permet ou autorise la dissémination de tout travail de recherche du secteur privé sans l’autorisation préalable du diffuseur de ce travail.

En termes clairs: toute recherche financée par le NIH et le secteur privé se trouverait du coup écartée de l’espace public, à moins que le «diffuseur» —les revues— ne l’autorise. (…)

La plupart des grandes revues scientifiques restent en effet accessibles uniquement par abonnement… et s’en portent très bien. Les obliger à rendre leur contenu gratuit ne leur plaît donc pas, et certaines ont une plus grosse force de frappe que d’autres.

Lire la totalité de l’article:

Lapointe, Pascal. Accès libre à la science: l’opposition contre-attaque. Agence Science Press, 22 janvier 2012.
http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2012/01/22/acces-libre-science-lopposition-contre-attaque

Sur le dossier, voir l’excellente page de curation de MyScienceWork (Open access in Science):
http://www.scoop.it/t/open-access-in-science/p/1036276017/acces-libre-a-la-science-l-opposition-contre-attaque-agence-science-presse

 

 

 

 

Les réseaux sociaux, un nouvel allié pour l’article scientifique?

novembre 7, 2011

La communication scientifique est en train de changer très rapidement, et les professionnels de l’information dans les entreprises privées et d’autres secteurs cherchent des nouvelles façons d’offrir des services à leurs usagers. Les réseaux sociaux, les appareils mobiles, le data mining, les technologies sémantiques et d’autres développements sont en train de construire un nouvel environnement […]

Podcast disponible sur le site du CCC:
http://beyondthebookcast.com/les-reseaux-sociaux-un-nouvel-allie-pour-l%e2%80%99article-scientifique/

 

Les réseaux sociaux scientifiques sont décevants

septembre 29, 2011

D’après les conclusions d’une « courte étude« , publiée cette semaine dans Vertigo.

Quelques conclusions:

  • Il y a un grand nombre de réseaux et autres serveurs scientifiques mais de nature très diverses
  • Il ne semble pas exister à ce jour de véritable réseau convivial actif
  • Leur implantation dans les communautés scientifiques est encore faible
  • Jusqu’à maintenant aucun site scientifique n’a su faire l’unanimité auprès de la communauté
  • et s’octroyer un statut comparable à celui des grandes revues de publications traditionnelles
Duchemin, Eric. Les réseaux sociaux scientifiques sur Internet:compte-rendu d’une courte étude. Vertigo, En ligne, le 16 septembre 2011.
http://vertigo.hypotheses.org/1104

 

Réseaux sociaux et recherche scientifique

janvier 19, 2011

Présentation très intéressante d’une jeune doctorant, en particulier parce qu’il prend du recul sur chacun des outils, ce qui est rarement le cas dans ce type de formation…
Quelques slides sur les outils essentiels: blogs, Zotero, Diigo, Twitter, Linked-in, Google Social Search (?), etc.