Archive for avril 2012

Curation: quelques rappels de droit (M. Battisti)

avril 29, 2012
  • « Encapsuler des pages web avec Pearltrees, créer des revues de presse à partir d’extraits d’articles avec Scoop-it ou Paper.li, composer un album photos avec des images glanées sur les réseaux avec Pinterest, ce sont quelques pratiques, parmi bien d’autres, qu’autorisent les outils de curation.
  • Les pages web, les articles de presse, les photographies, les vidéos ou tout autre contenu repérés par les internautes sont généralement protégés par le droit d’auteur. Leur reproduction n’étant pas destinée à un usage privé, ces pratiques bousculent indéniablement le droit d’auteur. »
Battisti, Michèle. La curation au risque du droit.  Paralipomènes, 23 avril 2012. Disponible sous: http://paralipomenes.net/wordpress/archives/7915 [accédé le 27 avril 2012]
• Quelques règles:
–Citer les sources originales
–Respecter le modèle économique de l’auteur initial (traffic sur le site web d’origine)
–Vérifier les mentions légales et les licences de type creative commons

Quel droit pour les articles scientifiques? (ADBS)

avril 23, 2012

Mise à jour de Michèle Battisti de cet article qui revient sur les différents modèles envisageables pour la communication scientifique, avec quelques suggestions proposées par les chercheurs eux-mêmes:

 » (L’) article scientifique, fondamental pour la carrière des chercheurs et la renommée de leurs établissements, évoqué ici, est celui qui paraît dans des revues spécialisées, à distinguer des magazines de vulgarisation. (…)

Dans ce cadre, effectivement, ni les auteurs ni le comité éditorial et les experts qui évaluent les articles ne sont rémunérés. Par ailleurs, les éditeurs se faisant bien souvent céder des droits exclusifs sur les articles, les institutions sont amenées à payer – cher – l’accès aux articles de leurs propres chercheurs.

Le contribuable paie ainsi non seulement les frais de la recherche, mais aussi ceux de la publication et ceux de l’abonnement à des publications dont l’accès est réservé pendant plus de 70 ans, si le contrat d’édition, comme c’est souvent le cas, spécifie que l’auteur cède ses droits pendant toute la durée du droit d’auteur (…)

Publier ailleurs ? Lorsque l’article est retenu par une revue à fort facteur d’impact, le risque et grand pour une carrière et l’image d’un établissement. Or, aujourd’hui encore, « une poignée de grands groupes se partagent l’essentiel du marché ». En abandonnant, dans les années 90, les titres dépendant de la publicité pour se recentrer sur l’information professionnelle, ces entreprises ont supplanté les éditeurs grand public et sont parvenues à maintenir leur place ensuite par diverses fusions-acquisitions. (…)

Dans le modèle de  libre accès, préconisé aujourd’hui par les éditeurs eux-mêmes, ce sont les établissements des chercheurs dont les articles ont été retenus qui paient les droits. Mais, dans ce cas, les articles sont ensuite accessibles à tous, dans le monde entier. (…)

Lire l’article sous:

Battisti, Michèle. Un droit d’auteur sui generis pour les articles scientifiques? Mise à jour le 21 avril 2012. ADBS, Actualités du Droit de l’Information. Disponible sous:
http://www.adbs.fr/un-droit-d-auteur-sui-generis-pour-les-articles-scientifiques–116080.htm [accès le 23 avril 2012]

 

eRéputation, influence et analyse du sentiment (Open book)

avril 16, 2012

Un remarquable ouvrage en format « Open edition ».

Résumé:

« L’ « opinion mining » est en passe de devenir une véritable industrie, tout aussi stratégique que celle des sondages. Les promesses avancées sont impressionnantes : la puissance de calcul des outils informatiques permettrait de suivre toutes les évolutions de l’opinion sur le web en temps réel, quel qu’en soit le volume. Plus encore, les capacités de traitement linguistique permettraient de détecter les tonalités de tous les verbatims recueillis, grâce aux méthodes dites de « sentiment analysis ».
L’état de l’art des offres commerciales et technologiques présenté dans cet ouvrage rend compte de cette effervescence mais en souligne aussi la démesure, en veillant à distinguer les résultats réels des slogans promotionnels quelquefois trompeurs. »

Boullier, Dominique et Lohard, Audrey. Opinion mining et ‎Sentiment analysis: méthodes et outils. Open edition press, 2012.

http://press.openedition.org/198

 

 

Obésité informationnelle: de Gutenberg à Zuckerberg

avril 4, 2012

La surcharge informationnelle est-elle liée aux nouvelles technologies?

Pas si sûr, d’après Anaïs Saint-Jude, dans un exposé très pertinent.

« La surcharge informationnelle ne date pas d’aujourd’hui, rappelle la chercheuse. Ce sentiment de dépassement, de surcharge en fait se retrouve à toutes les époques de l’humanité, de la Grèce Antique à aujourd’hui. Chaque époque la ressent comme quelque chose de nouveau, comme quelque chose de particulier à son époque. (…)

La bibliothèque du Congrès possède 34,5 millions de livres. Pourtant, si on lit un livre par semaine entre 10 et 100 ans (ce qui est déjà très ambitieux), le plus volontaire des lecteurs ne saura en lire qu’une poignée… 4600 ! (…)

« La surcharge d’information fait partie de la condition humaine : nous sommes confrontés par trop de possibilité, trop de complexité ». Ce sentiment de surcharge exprime autrement notre insatiable curiosité et notre besoin d’innovation, estime Anaïs Saint-Jude. Pas étonnant alors qu’on cherche sans cesse à trier, à chercher, à trouver, à ranger, à classer, à comprendre… Pas étonnant non plus que Google soit devenu si important puisqu’il est l’expression même de ce besoin à l’heure de l’information numérique. (…)

La quantité d’information croissante et son rythme de diffusion qui nous semble toujours plus élevé signifient-ils autre chose que de nous rappeler que nous vivons dans un monde d’information ? (…)

« Bien sûr, nous sommes aujourd’hui plus interconnectés, bien sûr, il y a une accélération de l’information… Mais peut-on vraiment dire qu’il y a « plus » de surcharge informationnelle qu’avant ? » questionne Anaïs Saint-Jude.

Guillaud, Hubert. Notre surcharge informationnelle en perspective, Le Monde Blogs, 28 mars 2012, En ligne:
http://internetactu.blog.lemonde.fr/2012/03/28/notre-surcharge-informationnelle-en-perspective/#xtor=RSS-32280322