Archive for mars 2012

Outils gratuits pour la veille scientifique (MyScienceWork)

mars 26, 2012

Une bonne synthèse des outils numériques à utiliser pour la recherche scientifique:

  • Gestion bibliographique et veille scientifique

    Mendeley et Zotero sont aussi des outils très utilisés. Entièrement en ligne, ces deux outils offrent en plus des fonctionnalités sociales : partage de bibliographies et de documents en pdf, annotations de textes. Ils permettent aussi de générer automatiquement des bibliographies compatibles avec d’autres formats de stockage de références ainsi que des éditeurs de texte (Microsoft Word, OpenOffice, Latex). Des applications Iphone/Ipad sont disponibles et Zotero, développé en open source, est aussi disponible sur Androïd.

    Mendeley et Zotero favorisent la communication entre scientifiques autour du partage de bibliographies et de référence. Le partage de veille scientifique, autrement appelée curation, est une activité que l’on retrouve aussi sur certains réseaux sociaux généralistes, notamment Twitter. Cet usage est relativement plus courant dans les pays anglo-saxons. Il favorise les échanges interdisciplinaires et place l’utilisateur au centre d’une communauté d’intérêts communs partageant leurs efforts de veille.

  • Optimiser le travail d’équipe

Les sites de partage de contenus, par exemple dropbox, simplifient le partage de documents volumineux. Ce logiciel permet, comme Google Docs, de travailler en parallèle sur des documents et par exemple de rédiger en simultané un texte.

  • Des plateformes de partage de contenus et de données

Cette tendance est désignée sous les termes d’open data et open science. Elle vise la mise en ligne des données scientifiques pour qu’elles soient éventuellement réutilisées. (…) Plusieurs disciplines scientifiques comme la génétique et les sciences humaines s’essaient à l’open data. Pourtant le partage de données rencontre encore des difficultés techniques majeures en plus d’être freiné par la compétition scientifique. Documenter des résultats de façon complète (conditions expérimentales, paramètres de configuration de tous les instruments de mesures etc.) afin de les rendre accessibles aux autres est une tâche longue et complexe. Elle nécessite encore aujourd’hui d’être repensée et uniformisée. (…) Plus spécifique, SciVee permet le partage de vidéos et de podcasts scientifiques. Il encourage le partage d’enregistrement de conférences, une pratique de plus en plus courante. Pour accompagner l’activité de recherche étape par étape, il existe MyExperiment, un environnement collaboratif de partage ‘workflows’ ; c’est-à-dire tout ce qui est en lien avec les différentes « tâches » du processus de recherche

La nanopublication : vulgariser ces travaux pour une meilleure visibilité

Les blog scientifiques sont apparus essentiellement dans les pays anglo-saxons. Ils sont généralement animés par un ou plusieurs chercheurs-bloggeurs qui effectuent une veille scientifique et discutent de sujets/résultats au travers de billets. Cette pratique favorise la diffusion des connaissances scientifiques (…)

Bianchini, Laurence. Les nouveaux outils numériques pour la recherche scientifique. MyScienceWork, 26 mars 2012.
http://blog.mysciencework.com/2012/03/26/nouveaux-outils-numeriques-pour-la-recherche-scientifique.html

Publicités

Veille médias gratuite: Sindup, mieux que Wikio

mars 22, 2012

D’après cette rapide étude,

# SINDUP : http://www.sindup.fr/
Ce service a fait peau neuve il y a quelques jours notamment pour la version pro’ pour les entreprises. Mais la version gratuite pour les particuliers est toute aussi efficace. Là aussi la recherche se fait par mots-clés et il est possible de créer ses propres dossiers de recherche et de s’abonner à un flux RSS spécialement créé. Le plus de ce service est, je trouve sa capacité à mieux trouver l’information sur les blogs, mieux que Wikio.

Denel, Mathieu. 7 outils pour mettre en place une veille médias gratuitement. GreyHat, 22 mars 2012.
http://greyhat.over-blog.com/article-7-outils-pour-mettre-en-place-une-veille-medias-gratuitement-102014116.html

 

Dollars for Docs: bientôt en France???

mars 21, 2012

Sciences et Avenir rapporte que le site citoyen Dollars for Docs a récemment reçu un prix à Paris…

« Repas, recherches, frais pour conseils donnés ou pour interventions dans des séminaires… tels sont quelques-uns des moyens utilisés par les entreprises pharmaceutiques pour se rapprocher des médecins. C’est aussi de cette manière que sont répertoriées toutes les sommes perçues par les praticiens américains sur la base de données «Dollars for docs», l’un des 10 projets lauréats du forum Netexplo 2012…

Les journalistes de Propublica s’efforcent seulement de rendre plus visibles des données subtilement dévoilées (ou intelligemment cachées) par les compagnies pharmaceutiques sur leurs sites internet, pour en faire «un document unique et compréhensible». En effet, d’ici 2013, ces dernières seront contraintes de rendre publiques ces information sur un site gouvernemental comme le prévoit le Physician Payments Sunshine Act de 2007. Une loi qui veut mettre en place plus de transparence sur les liens entre les lobbys pharmaceutiques et les médecins américains.

En attendant 2013, un citoyen américain lambda peut savoir, d’un simple clic, à quel conflit d’intérêt son docteur est soumis, et s’interroger sur le bien-fondé de sa prescription. Il suffit de renseigner en ligne le nom du généraliste ainsi que l’Etat dans lequel il exerce. Des renseignements accompagnés de conseils pour interpréter les montants reçus et pour ne pas paniquer le patient.

Un système prévu pour éclairer le citoyen sur les enjeux des conflits d’intérêts en médecine dont pourrait s’inspirerla France.Une loi similaire a été votée le 19 décembre 2011, suite au scandale sanitaire du Médiator, mais tous les décrets d’application n’ont pas été pris.

Delorme, Clément. Médecine: la transparence au bout de la souris. Sciences & Avenir, En ligne le 19 mars 2012.
http://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/20120319.OBS4114/medecine-la-transparence-au-bout-de-la-souris.html

 

 

 

 

 

 

Les arnaques de l’e-réputation (LinkFluence)

mars 15, 2012

Radicale, pas toujours exacte, mais présentation intéressante, ne serait-ce que parce qu’elle offre un son de cloche différent!

Ta BDD scientifique sur ton mobile!!

mars 14, 2012

Un excellent résumé par Thomas Chaimbault (Vagabondages) de l’article original (été 2011) de Aaron Tay (http://musingsaboutlibrarianship.blogspot.com/2011/08/what-are-mobile-friendly-library.html ):

Quelques extraits:

« Les bibliothèques s’intéressent de plus en plus aux services accessibles à partir de terminaux mobiles (smartphones, tablettes). (…)

 Si les étudiants surfent aisément à partir de leurs terminaux mobiles, (…) seuls 5% d’entre eux affirment utiliser leur mobile pour lire du contenu électronique au moins une fois par jour et 10% s’en servent pour lire la presse électronique. (…)

L’accès à des contenus sur terminaux mobiles n’est pas encore prêt, ou plus exactement, les étudiants ne sont pas encore complètement passés à ce genre d’usage, puisque les éditeurs, eux, commencent à passer le pas. (…)

Les fournisseurs de bases de données ont commencé à développer des interfaces spécialement adaptées aux terminaux mobiles… (…)

Et à dire vrai, on trouve de tout : Elsevier par exemple propose des applications spécifiques pour Scopus et Sciencedirect, tandis que JSTOR ou Cambridge Journal Online ont opté pour le web mobile et Ebscohost propose les deux. (…)

En conclusion, l’auteur souligne la pauvreté fonctionnelle des interfaces:

  • des fonctions de recherche  très basiques
  • Peu d’options de tri
  • Très peu de BdD proposent de fonctionnalités de partage hors l’application iPhone de Scopus qui permet de twitter un article ou celle de la revue Nature qui liste un grand nombre d’outils commeConnotea, Facebook, Google reader, Instapaper, Pinboard, Readitlater,Tumbler, Twitter, Papers (un outils genre EndNote)..

Chaimbault, Thomas. Qu’ont à offrir les applications mobiles de bases de données scientifiques ? Vagabondages, posté le 13 mars 2012.
http://www.vagabondages.org/post/2011/09/07/Que-peuvent-offrir-les-applications-de-bases-de-donn%C3%A9es

EVERNOTE: un guide par l’ARIST

mars 8, 2012

Evernote est un outil du web facilitant la prise de note, l’archivage de données issues du
web et qui permet de structurer facilement et rapidement une base de données qualifiée au
sein de laquelle il est aisé de retrouver ses informations

http://news.paysdelaloire.cci.fr/sites/default/files/guide_evernote_0.pdf

Twittez peu mais twittez bien!!

mars 2, 2012

Quelques règles d’efficacité, issues d’une analyse statistique de 200,000 tweets:

– utiliser 120 à 130 caractères

-placer un lien à 25% du tweet, donc aux alentours du 30è caractère

ne pas faire plus d’un tweet à l’heure

-inclure “via”, “@” ou “RT”

-employer plus de verbes (incite à une action) et moins de noms
-les meilleurs jours pour tweeter sont les jeudi, samedi et dimanche

 

-le meilleur moment de la journée pour envoyer ses tweets est l’après-midi et le soir

 

D’après :

http://www.vincentabry.com/comment-obtenir-un-maximum-de-clics-via-twitter-infographie-15229