Google+ de domination technologique!

Ceux qui se ruent sur les invitations Gmail devraient lire ou relire cet essai du collectif italien Ippolita. Il est téléchargeable à cette adresse:
http://www.ippolita.net/18.html

et/ou est disponible en format poche chez Payot.

La nouvelle édition est titrée: Le côté obscur de Google.
http://www.payot-rivages.net/livre_Le-cote-obscur-de-Google–Ippolita_ean13_9782743622381.html

En substance:

Le « côté obscur de Google » est un livre à la fois salvateur et anxiogène : salvateur car il met en avant la véritable domination technocratique que le moteur de recherche a imposé au fil des années et anxiogène parce qu’il offre peu de remèdes à cette domination !

 Ippolita est un groupe multi-disciplinaire (de la philosophie à l’informatique) de chercheurs italiens : on devine quelques messages altermondialistes de temps à autres, et on regrettera quelques verbiages et une traduction parfois un peu hésitante. Cependant, l’essai éclaire les grands traits de l’ère Google.

 Le « génie » de Google:

  • 1998-1999 : à un moment où les grands acteurs du web (Yahoo !, etc.) s’enlisent dans des interfaces complexes de type portail qui rebutent les lecteurs, Google propose une simple ligne de recherche, sans publicité, ni gadget apparents. Google a su magistralement exploiter notre besoin de simplicité (satisfaction immédiate de « trouver » quelque chose, proche du consumérisme) avec sa blank box
  • Habilité de Brin et Page à vendre leur improbable « business model » aux hautes sphères financières, y compris pendant la Bulle de 2000 : aucun revenu à court terme mais AdWords, self-service publicitaire qui génère discrètement du revenu à moyen-terme par capillarité
  • Habilité à tirer profit discrètement de l’économie relationnelle : exploitation des données personnelles à des fins commerciales.
  • Incroyable « feeling » pour proposer des killer-services gratuits : GMail, Google Map, Google Earth, Google Scholar, etc.
  • Modèles de développement internes ultra-réactifs (6 mois maxi)
  • Capacité à retenir les talents (20% du temps des employés est laissé pour des projets personnels) grâce à une ambiance de travail type «campus » et à une liberté totale de création : capacité aussi à « attirer » les talents extérieurs (de chez Microsoft par exemple)
  • Incroyable gestion technique des data-centers dans GooglePlex : le génie mathématique de Brin et Page (théorie des graphes) est le fondement de la rapidité du moteur de recherche
  • Capacité à « supprimer » la concurrence et imposer leur modèle
  • Capacité à régler finement les problèmes juridiques
  • Génie communicationnel des fondateurs (proche de celle de Bill Gates): image sobre (jeans et T-shirts), jamais agressifs, très discrets sur les énormes profits générés
  • Faculté à anticiper les phénomènes de fond : la « personnalisation de masse » des services 2.0
  • Exploitation astucieuse du génie collectif des programmeurs Open Source : concours, stimulations, etc.

 En quelques mots, Google est la réussite ultime du génie universitaire et du capitalisme financier le plus poussé.

 La domination technocratique :

  • Google est le moteur de recherche le plus utilisé au point qu’il s’est imposé comme le principal point d’accès à Internet
  • PageRank : autorité absolue d’un monde fermé : un site web non-indexé par Google n’existe plus sur Internet ; seuls les 10 premiers résultats comptent
  • La pseudo technicité démocratique du PageRank cache ni plus ni moins qu’un parcours subjectif généré par les filtres publicitaires de AddSense et AddWords
  • Système incroyablement complexe, dynamique et intrusif grâce à des dizaines d’outils gratuits : data mining sur les comptes GMail

 La « personnalité » de Google :

  • Aspire à être le moteur de recherche parfait (culture de l’excellence académique) inspiré par l’élitisme des publications scientifiques (citations ranking, comité de lecture, Impact Factor)
  • Culte quasi-positiviste de l’objectivité scientifique contre le chaos de la toile
  • Brin et Page ont créé un « bon géant » (Don’t be evil) impatient d’archiver nos « intentions de recherche » dans ses gigantesques base de données
  • Gestion occulte de son image : Apparence de démocratie électronique, technologie opaque (en principe influencé par la popularité objective des sites), secrets des algorithmes PageRank et des partenariats
  • Google cultive une certaine religiosité : il est « l ’ oracle technologique », les managers sont des « evangelists », etc.

 Les conséquences :

  • Paralysie cognitive de l’utilisateur moyen : confiance dans l’efficience rassurante d’un modèle opaque qui privilégie la redondance, et la similarité des sources, sur une portion relativement faible (10%) des informations totales disponibles en ligne. Ceci abouti à une « passivité » numérique : nous choisissons parmi les résultats « offerts » par Google sans regard critique, sans chercher d’alternatives
  • Abandon de l’approche qualitative de l’information au profit d’un traitement purement mathématique (quantitatif)
  • Cession inconsciente par des millions d’utilisateurs naïfs d’une quantité de données privatives
  • Risque potentiel (politique et technologique) inédit dans l’histoire de l’humanité : jamais dans l’histoire une organisation n’a accumulé autant de données personnelles. Les données des utilisateurs représentent un énorme patrimoine économique, social et humain
  • Privation de l’innovation technologique en-dehors du modèle de pensée Google

 Responsabilités :

  • Faiblesse des études scientifiques concernant les implications sociales des technologies
  • Laisser-faire des professionnels de l’information : combien d’ouvrages et de formations sur la recherche efficace avec Google ?!!!!

 Solutions en attendant le 17 janvier 2038

  • Peu de solutions possibles : l’esprit critique, l’auto-formation, la sensibilisation de son entourage
  • Education des utilisateurs à distinguer données publiques et données privées

 

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :