Le marché de l’édition scientifique

 Quelques rappels sur le marché de l’IST à l’occasion de ce volumineux rapport de l’IG des bibliothèques:

  •  64% des revues IST sont publiées par des éditeurs commerciaux (30% par des sociétés savantes)
  • La part des articles publiés en libre accès est encore marginale
  • Les statistiques d’usage sont rarement complètes, … Le suivi d’un indicateur majeur, le coût par téléchargement, est de ce fait difficile à établir pour l’ensemble des ressources.
  • Les bibliothèques universitaires et de recherche constituent la première source de revenu des revues (entre 38 et 75% du CA), devant les entreprises (15 à 17%), etc.
  • Le nombre de revues académiques à comité de lecture était début 2009 d’environ 25 400 publiant au total environ 1,5 million d’articles par an.
  • Le secteur biomédical représente 30% des titres
  • La croissance annuelle du nombre de titres est d’environ 3,5%, celle du nombre d’articles de 3%.
  • Aujourd’hui, la quasi-totalité de ces périodiques paraît en ligne : en 2008, c’est le cas de 96% des titres en STM….
  • La population mondiale de chercheurs ayant été estimée en 2005 par l’Unesco à 5,5 millions.
  • Les revues en libre accès sont en expansion… Mais la proportion d’articles publiés en libre accès reste faible : de 2% à 4,6% de la production totale selon les estimations (2009)
  • Nombre total annuel de téléchargements d’articles dans le monde à 1,8 milliard (2008)
  • Grande concentration des éditeurs:Reed Elsevier, Thomson-Reuters, Wolters-Kluwer, Wiley-Blackwell, Springer, etc. 
  • Selon le statut (professeur, assistant, chargé de cours, autres), le nombre moyen d’articles lus par mois va d’un minimum de 11,2 à un maximum de 24,5, …. Les médecins sont les plus grands lecteurs d’articles
  • En 2005, le temps consacré par chercheur à la lecture était en moyenne de 143 à 159 heures par an et représentait une augmentation du nombre d’articles lus de +87% depuis 1977…
  • L’évaluation quantitative et qualitative de l’usage doit être améliorée, et s’accompagner d’études d’impact sur différents aspects (économies de coût résultant des contrats négociés, gains sur les coûts de fonctionnement des bibliothèques, effets sur l’activité de recherche) selon des méthodologies à élaborer ou consolider. 

 

Carbone, Pierre. Inspection générale des bibliothèques. Coûts, bénéfices et contraintes de la mutualisation des ressources électroniques : éléments de comparaison internationale et propositions. Rapport – n° 2010-012, octobre 2010. En ligne : http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2009/69/8/rapport_MRE_diffusion_159698.pdf

 

 

    

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :